Exercice cérébral en 8 bits

À écouter pour se mettre dans l’ambiance.

C’est au studio indépendant montréalais Polytron qu’on doit Fez, sorti en 2012. Le nom du jeu fait référence au fez, le couvre-chef en feutre rouge porté au sein de l’Empire ottoman, qu’arbore le personnage principal.

Univers

FEZ est un jeu de plate-forme, essentiellement basé sur la résolution de problèmes. Gomez, le personnage principal du jeu, habite dans un monde bidimensionnel. Il est rapidement témoin de l’explosion d’un hexaèdre doré qui cause une rupture dans l’espace-temps. Cette rupture cause un glitch qui fait redémarrer le jeu. Lorsque l’on voit Gomez réapparaitre, la troisième dimension est révélée, mais à l’intérieur de son monde bidimensionnel. La notion de perspective est alors la clé de toutes les quêtes.

Le jeu offre une atmosphère plutôt rétro grâce à son esthétique en 8 bits et la musique de type chiptune qui l’accompagne. Contrairement aux chiptunes énergiques entendues dans Mario bros. ou Tetris, la musique de FEZ, composée par Rich Vreeland, est plutôt planante et est complémentaire à la réflexion du joueur.

On explore plusieurs plateformes au sein du jeu, autant des îles, des villages, des forêts que des usines ou des grottes.

Gameplay

Ce qui est intéressant, particulièrement pour les joueurs occasionnels, c’est que FEZ est un jeu sans ennemis, sans vies et sans limite de temps. Suite à une chute mortelle, Gomez retourne instantanément où il se trouvait. Le but du jeu est de récupérer les cubes dorés qui ont été éparpillés dans les différents mondes suite à l’explosion de l’hexaèdre. Se faisant, on ramasse également des objets qui servent à la résolution d’énigmes dans le jeu. Pour se déplacer, on doit constamment changer la perspective. Le monde est en quelque sorte un cube dont on peut tourner les quatre faces latérales afin de révéler la troisième dimension présente dans un monde bidimensionnel.

C’est un jeu contemplatif où le joueur peut prendre le temps d’explorer et d’apprécier la beauté de l’univers qui nous est présenté.

Appréciation

J’ai adoré jouer à FEZ comme un jeu passe-temps. C’est un jeu solo qui est plutôt lent. On joue donc quand on a un peu de temps à tuer et que l’on veut exercer un peu notre cerveau. Malgré l’apparence ludique du jeu, c’est souvent vraiment plus dur qu’il n’y parait. C’est le type d’activité où l’on doit s’arrêter et y revenir plus tard. C’est un bon jeu de logique et il s’adresse autant aux habitués qu’aux gens qui n’ont jamais tenu une manette.

Hexahedron.png«Reality is perception» 

Laurence R. Fortin

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s